Photo L'authentification faciale : quel avenir ?

L'authentification faciale : quel avenir ?

Nouvelles réglementations de sécurité internationale, enjeux liés à la cybercriminalité ou au terrorisme. Le monde d'aujourd'hui fait face à des besoins de plus en plus pointus, quand il s'agit de contrôler les identités. De nouveaux modes de vérification ont fait leur apparition, dont le plus récent fait appel à la reconnaissance faciale. Simple engouement du moment ou technologie d'avenir ? Le point sur cette technique d'authentification.

L'authentification par les traits du visage : kézako

La reconnaissance faciale constitue une des plus récentes avancées dans le domaine de la biométrie. Elle se fonde sur le recours à différents traits du visage de l'individu pour établir et/ou vérifier son identité.

Largeur des mâchoires, forme du nez, écartement entre les yeux sont autant d'éléments que le logiciel d'authentification faciale va intégrer. Enregistrées dans une base de données, ces informations servent ultérieurement comme références.

Quand la personne concernée se présente aux frontières ou à l'entrée d'un bâtiment d'accès réservé, une caméra saisit les traits de son visage. Ceux-ci sont alors confrontés avec les données de la base pour confirmer ou infirmer son identité.

Une application biométrique fiable

Rapide et affichant un taux d'efficacité de l'ordre de 97 %, le procédé de reconnaissance faciale, à des visées d'authentification est déjà utilisé dans de nombreux domaines. Les dispositifs de sécurité et de vidéosurveillance de nombreux banques, aéroports et gares, comme la Gare du Nord en France, y recourent régulièrement.

On parle couramment de l'authentification faciale comme une des plus récentes applications biométriques. Il faut, néanmoins, savoir que les Américains se sont déjà penchés sur la possibilité de ce concept dès le milieu des années 60.

C'est dans la maturation du dispositif et l'amélioration de sa pertinence que les chercheurs ont mis du temps. Aujourd'hui encore, certaines équipes envisagent des moyens de parfaire l'algorithme de reconnaissance. Objectif : atteindre une efficacité de 100 % dans la combinaison des 80 points nodaux composant le visage humain.

Perspectives d'avenir

En tant que moyen d'authentification, la reconnaissance faciale investit des domaines variés selon la disponibilité de la technologie dans chaque pays. Des enseignes comme la Belge Semlex constitue alors des acteurs majeurs dans la mise à disposition des supports adéquats.

Interpol, FBI et bien d'autres entités de sécurité de niveau national utilisent également l'un ou l'autre des logiciels disponibles sur le marché. Dans l'avenir, la reconnaissance faciale est appelée à remplacer les méthodes de vérification par mots de passe. L'accès à certains sites et le retrait de liquide aux guichets se feront alors sans autre formalité que de présenter son visage à la caméra.

A d'autres endroits du monde, c'est notamment via les démarches de la vie citoyenne, comme l'élection, que la biométrie fait irruption dans les pratiques. Albert Karaziwan, patron de la société Semlex citée tantôt, présentait ainsi récemment les apports des technologies développées par son groupe, en Dominique.

Ce pays du Commonwealth vient d'intégrer la technologie dans le cadre de la mise à jour de sa liste électorale. L'objectif étant de réduire les fraudes en réduisant le nombre d'usurpations d'identité